Depuis son plus jeune âge, Alizé est immergée dans la  photographie. Sa passion est née avec son père « photographe amateur de talent », qui transformait la salle de bains familiale en labo photo. D’abord, modèle privilégié de celui-ci, c’est le cinéma qui l’enrôle, très jeune, pour faire ses premiers pas devant la caméra.

Après des études de cinéma à New York, Alizé collabore avec des réalisateurs de renom comme Walter Salles, Balthazard Kormakur, Manuel Pradal, Jorge Navas ou encore Elia Suleiman pour le film « Intervention divine » (Prix du jury à Cannes en 2002).

L’année 1995 est une date clef. Le cinéma l’emmène dans la guerre à Sarajevo pour le tournage du film « Le Cercle parfait » d’Ademir Kenovic. Cette expérience professionnelle et émotionnelle intense lui inspirera plus tard, le premier volet de la série de portraits de photographes de guerre « Ce que leurs yeux ont vu / Génération Sarajevo… ». Alizé a étendu ce projet inédit à d’autres photographes de guerre et aux nouvelles générations.

Son travail photographique accompagne sans relâche sa trajectoire cinématographique à travers le monde, elle s’en détache, et tente d’extraire avec la photographie la beauté et la poésie qui nous entoure.

L’être humain, la ville, la nature sont ses terrains d’exploration récurrents et sans frontières. Ses univers visuels se racontent en série : Réconciliation I & II (avec Romain Léna); Pink Shanghai ; Cuba Blues, White Washington, Sérénité, Vibrations…

Alizé a exposé à Paris, Sarajevo, Caen, Meaux et Verdun aussi bien dans des galeries que dans des Musées ou institutions.

Actuellement Alizé Le Maoult expose sa nouvelle série « Nuits éclairées », à la Galerie Myriam Bouagal (Paris) jusqu’au 27 janvier 2018.

ABOUT

Alizé Le Maoult

​© Alizé Le Maoult - Série "Nuits éclairées"

  • Facebook - Grey Circle
  • Instagram - Grey Circle